08/03/2014

Grand Genève - Le rééquilibrage est-il un mirage ?

Ferney-Voltaire (Rhône-Alpes) – Samedi 8 mars 2014

 

Grand Genève

Le rééquilibrage de l’agglomération

est-il un mirage ? 

A l’instar de la Pointe des Ardennes – formant l’extrémité nord du département des Ardennes et s’enfonçant profondément dans la Belgique voisine –, le territoire de la commune de Ferney-Voltaire s’avance gaillardement dans la Suisse voisine, le long de trois axes de communication menant

(1)          vers l’aéroport, le quartier de l’ONU (la place des Nations), la rade et le coeur de la cité de Calvin au sud,

(2)          vers le siège du CERN - laboratoire de recherche fondamentale ayant découvert le boson de Higgs - et la Zimeysa (zone industrielle de Meyrin-Satigny) au sud-ouest et

(3)          vers la partie septentrionale de l’arc lémanique (Nyon, Lausanne, Montreux) et le reste de la Confédération helvétique au nord-est.

Pour les autorités, il découle sans conteste de cette position singulière une responsabilité particulière en termes d’aménagement de l’espace urbain que la Ville de Ferney-Voltaire assume pleinement à travers un projet de territoire digne de ce nom, piloté de concert avec l’EPCI (établissement public de coopération intercommunale) dont elle  fait partie, à savoir: la Communauté de communes du Pays de Gex (CCPG). 

Intégré dans les orientations et l’action locales des différents échelons politico-administratifs de la région urbaine de Genève (Grand Genève, République et canton de Genève, Région Rhône-Alpes, ARC du Genevois français, ACG-Association des communes genevoises, etc.), ce projet concerne le bas de la ville situé

-      >>> entre le poste-frontière principal de Ferney-Voltaire, respectivement l’accès au secteur français de l’aéroport de Genève-Cointrin, et

-       >>> la future entrée de ville à proprement parler, d’ores et déjà baptisée place du Jura, traversée à partir de 2018 par le fameux bus express transfrontalier Cornavin-Gex, ainsi que les secteurs attenants.

Démarche graduelle en vertu de la clause du besoin 

Raisonné, mesuré et délibérément placé sous la houlette des pouvoirs publics en termes de maîtrise du foncier - dans le dessein de contenir la spéculation en la matière -, le projet d’aménagement «Ferney Genève Innovation» tient compte, directement ou indirectement, de tous les domaines de la vie du territoire: social, économique, commercial, culturel, environnemental, voire sanitaire et éducatif.  Conçu à l’horizon de l’an 2030 et donc à gérer au fil du temps, le dossier complet est consultable en ligne à l’adresse suivante:

http://www.cc-pays-de-gex.fr/zac-ferney-geneve-innovation-psd.html

Focalisé sur l’essentiel, le projet – adoptant la forme d’une zone dite d’aménagement concertée (ZAC) – se décline en deux volets principaux:

1.             la requalification complète du quartier de la Poterie, l’actuel secteur artisanal et commercial manquant nettement d’identité et de lisibilité, appelé à se transformer en un pôle d’activités complété par des dispositifs de loisirs;

2.             le lancement progressif d’un pôle d’activités à haute valeur ajoutée à Paimboeuf, dans un périmètre au contact de la ville adossé à la nouvelle place du Jura; dédié à la formation professionnelle et supérieure par le biais de la «Cité des Savoirs» – dans laquelle s’installera, dans un premier temps, un nouveau campus régional du Centre national des arts et métiers (CNAM)*** –, ce quartier de la cité du Patriarche a vocation à accentuer l’élan économique et à créer de l’activité (3'000 à 4'000 emplois espérés à terme); par ailleurs, en fonction des besoins à évaluer au fur à mesure de l’avancement du projet, il est prévu de générer également de l’habitat (2'500 logements sur 17 ans au rythme de 150 par an) – dont de l'habitat à loyer bon marché et relevant des segments intermédiaires (25% de logements sociaux et 20% de logements dits abordables - exemple: construction d'un foyer pour apprentis et étudiants); dans le contexte des débats souvent vifs sur le développement ou le maldéveloppement du Grand Genève, le ratio entre l'habitat (190'000 m2) et l'emploi (180'000 m2) mérite d'être remarqué.

«Ferney Genève Innovation» est susceptible de faire l’objet d’une déclaration d’utilité publique (DUP) avant la fin 2014; visant à recueillir l’avis de toutes les personnes morales et privées intéressées, l’enquête publique idoine sera lancée dès le mois de septembre, de par la loi par arrêté préfectoral.

Sur le fond, la majorité des acteurs – notamment politiques, qu’ils soient étiquetés comme de gauche, de droite ou du centre, facteur non négligeable en pleine période électorale – sont favorables au présent projet d’aménagement du territoire aux portes de Genève, conçu en parallèle avec la ZAC «Etoile Annemasse-Genève» articulée autour de l'arrivée du RER dans la cité frontalière haut-savoyarde (en 2018). Il s’ensuit qu’il ne connaîtra, le cas échéant, que des ajustements qualitatifs à la marge dans le cadre de cette procédure de consultation de droit français sur le point d’être mise en œuvre.

Peter LOOSLI

***Héritier de l’esprit des Lumières et des encyclopédistes, fondé en 1794 (issu de la Révolution française), le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) est connu de nos jours comme grand établissement pluridisciplinaire d’enseignement supérieur et de recherche (fondamentale et appliquée) dans le domaine des sciences de l’ingénieur.

07:28 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour cher ami,

J'adhère totalement à la promotion de cette future ZAC Zone d'aménagement Concertée maîtrisée par le secteur public sous la conduite de la Communauté de Communes du Pays de Gex dont la commune de Ferney-Voltaire fait partie.
Un petit point de vue complémentaire cependant. A propos des catégories de logement que la ZAC du nom significatif de Ferney-Genève Innovation est appelée à développer. 25 % de logements sociaux mentionnés à loyer modéré selon la tradition réalisé par des bailleurs sociaux et obligatoirement intégrés dans toute opération immobilière nouvelle. De plus et ceci est une nouveauté voulue par l'équipe municipale sortante 2008-2014 et portée par la Communauté de Communes du Pays de Gex désormais en charge de l'opération, il y aura 25% de logements dits intermédiares ainsi que 50% de logements libres. L'innovation va donc se située dans la catégorie intermédiaire qui reste en partie à définir. Notre propos est ici de mettre l'accent sur l'opportunité de promouvoir un autre type d'habitat entre ces deux extrêmes, social réalisé par les bailleurs sociaus publics et le secteur de la promotion privée. Cet autre type d'habitat est bà l'heure actuelle déjà à l'étude et bien en route en voie de réalisation prochaine compte tenu de la volonté miunicipale exprimée dans le projet électoral de 2008 à savoir tester un autre type d'accès au logement sous forme de coopérative d'habitant, permettant une active formulation d'un projet habitationnel par de futurs coopérateurs s'impliquant selon leur moyen financièrement dans le projet en vue de devenir locataires d'une coopérative qui sera la leur , propriétaire collectif du projet répondant à des critères non spéculatifs de sortie de la collectivité sans perdre ses droits acquis. A noter que la caractéristique d'une coopérative repose sur le principe d'une voix égalitaire dans la gestion collective et sur l'esprit participatif dans la gestion d'un espace d'habitat partagé.
Dans la ZAC de tels projets innovants sont appelés à se mettre en place et par cela la nouvelle loi ALLUR nous y aidera car dorénavant les coopératives d'habitants ont un statut leur donnant une légitimité juridique.

Écrit par : sylvie Lacroux | 08/03/2014

Les commentaires sont fermés.