28/03/2016

Votre région • Faux résidents secondaires

FERNEY-VOLTAIRE  -  Pays de Gex • Grand Genève • Ain • Rhône-Alpes Auvergne

Lundi de Pâques 28 mars 2016

 

Interactions franco-suisses au quotidien

Esquiver la question ne sera plus guère possible, tellement elle devient prégnante. Les comités de pilotage chargés du développement territorial dans le bassin genevois, réunis le même jour à la veille des fêtes pascales, l’admettent à présent à demi-mot.

A l’horizon de l’an 2030, un Genevois sur trois devrait habiter hors des frontières du canton de Genève. Suite aux accords bilatéraux entre l’Union Européenne et la Confédération suisse, la colonie suisse établie dans le Genevois français a atteint graduellement le poids démographique d’une ville de la taille de Fribourg sur la Sarine (environ 40'000 habitants).

Or, la moitié de ce segment de population – en augmentation constante – constitue une population fantôme, en ce sens qu’elle n’est pas régulièrement déclarée auprès des mairies de la couronne française du Grand Genève. Diffusé le 27 mars 2014 par la Radio Télévision Suisse (RTS), l’excellent reportage de «Temps présent» avec le titre incitatif «Frontaliers suisses, fraudeurs et clandestins» (émission archivée ICI: https://www.youtube.com/watch?v=unp4bkZHh-0) a résumé cette situation insolite de façon saisissante: les raisons de la «clandestinité» sont complexes ; elles comportent une dimension identitaire difficilement avouable.

Il est possible d’aborder la problématique épineuse des faux résidents secondaires – suisses et européens (y compris français dans certains cas) – comme un problème uniquement franco-français, tentative faite au printemps 2013 à travers une proposition de loi à l’Assemblée nationale visant à rendre obligatoires différentes formes particulières de déclaration de domiciliation, en s’inspirant des modèles couramment pratiqués ailleurs en Europe et dans le monde. Cette approche législative a cependant buté sur le principe français, dit à valeur constitutionnelle, de la liberté individuelle d’aller et de venir et a dû être abandonnée à ce stade.

Les appels au civisme ont produit quelques effets concrets appréciables mais s’avèrent notoirement insuffisants face à l’ampleur du phénomène. Les recherches de solutions en cours se concentrent, pour l’essentiel, sur de nouveaux régimes déclaratifs et des méthodes de recensement aptes à établir le nombre réel d’habitants, en vue de leur prise en compte, logique en soi, dans les calculs de la Compensation financière genevoise (CFG) et de la Dotation globale de fonctionnement (DGF) allouée annuellement par l’Etat français aux collectivités locales.

Agender cette question-clef du vivre-ensemble de manière formelle, en l’inscrivant à l’ordre du jour du Comité régional franco-genevois, est dans l’air du temps.

Contact :

Peter LOOSLI

Résidence «Le Saint-Germain»

45, rue de Meyrin

F – 01210 F e r n e y – V o l t a i r e  (Pays de Gex Grand Genève – Ain Rhône-Alpes Auvergne)

(+33) (0)9-63-42-52-27 (répondeur en cas d'absence)

Correspondance électronique: peter.loosli@wandoo.fr

Adresse postale en Suisse:

Peter LOOSLI - Case postale 226

CH – 1211 G e n è v e 19 Petit-Saconnex

http://peterloosli.blog.tdg.ch

ANNEXES

Comités de pilotage chargés du développement territorial dans le bassin genevois

Comité régional franco-genevois (CRFG) :

http://www.crfginfo.org/rubrique.php3?id_rubrique=90

Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) chargé du Projet d’agglo :

http://www.grand-geneve.org/grand-geneve/organisation/schema-dorganisation

 

Contributions sur la même thématique

5 mai 2013

«Clandestins suisses»: fin de partie ?

http://peterloosli.blog.tdg.ch/archive/2013/05/05/clandes...

19 avril 2014

Répit pour les «clandestins»

http://peterloosli.blog.tdg.ch/archive/2014/04/19/grand-g...

1er septembre 2014

Vivre-ensemble impossible ?

http://peterloosli.blog.tdg.ch/archive/2014/09/01/grand-geneve-vivre-ensemble-impossible-259350.html

19:45 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Vous n'êtes pas sans savoir qu'une majorité des tours de passe-passe fiscaux entre résidences secondaires en zones fr et résidents dans le canton de GE,

sont en mains de citoyens de l'UE en emploi dans le canton de GE, en majorité français, suivis de portugais, espagnols, d'expates de l'ONU et d'employés UE de multis sizes à GE.

les suisses non binationaux résidant frontaliers ne trichent pas via 1 double ou triple nationalité, sont déclarés auprès de notre ambassade, impôts à la source rétrocédés à gogo, impôts fonciers payés, impôts fr sur le revenu payés doublement voire triplement.

Vous ne pouvez le masquer davantage: ceux que vous visez sont des français & autres citoyens francophones résidents en Suisse en tant qu'employés sous contrat, avec propriété en France, ainsi que des multiples nationaux, dont venant du Maghreb via la France etc.

Arrêtez de jouer de ce levier, la discrimination antisuisse ne sert pas la France

Reste à savoir: allez-vous encore une fois ici censurer ma réponse: votre habitude de blocage et de censure se lève quand élections il y a.

Écrit par : divergente | 28/03/2016

"(...)Or, la moitié de ce segment de population – en augmentation constante – constitue une population fantôme, en ce sens qu’elle n’est pas régulièrement déclarée auprès des mairies de la couronne française du Grand Genève.(...)

...Ce qui montre et démontre que de nombreux Suisses sont des profiteurs et que l'Etat français fait preuve d'un laxisme coupable dans le domaine du contrôle des populations !

Écrit par : Michel Sommer | 29/03/2016

@Michel Sommer, la "population fantôme" évoquée est essentiellement constituée d'européens (on va pas vous fâcher) dont nombreux bi- triple nationaux, en situation de birésidence
: ici pour l'agglo genevoise jobbant en CH vivant en France

- domiciliés officiellement sur territoire suisse via simple boîte aux lettres ou un lit en sous-sous-colocation

En réalité: la fausse résidence n'est pas celle que vous vous évertuez à mettre en exergue!
arrêtez de vous focaliser sur le suisse-le vilain l'excroc: cette population est rarement suisse - éventuellement fraîchement naturalisée avec d'autres passeports en poche: vous avez surtout des détenteurs de permis B, C etc

A se tromper de cible de la sorte, les vains efforts des maires en quête de plus grosses enveloppes tirées d'impôts à la source, le resteront.

Écrit par : divergente | 29/03/2016

Les commentaires sont fermés.