09/09/2013

Grand Conseil: mini-séisme dans l'air

Ferney-Voltaire (Ain) – Lundi 9 septembre 2013

Grand Conseil:

mini-séisme dans l’air

Le Parlement cantonal genevois comptera-t-il bientôt dans ses rangs des députés transfrontaliers (1) habitant en périphérie immédiate de Genève, dans l’Ain et en Haute-Savoie? En guise d'exemple compact, il suffirait qu’environ un millier de bulletins de vote comportent les ajouts des noms des candidats de «France voisine» afin que ce scénario se réalise (2).

Selon les observations recueillies journellement sur le terrain comme candidat au Grand Conseil – à l’arrêt des bus et des trams, sur les marchés de la région ou dans des parkings-relais –, les esprits paraissent mûrs pour que les citoyens franchissent le pas et provoquent ce mini-séisme. Envisageant sans peine d’ouvrir le Grand Conseil sur le fait régional – par le truchement de l’élection de candidats résidant officiellement dans le Genevois français –, un nombre sans cesse croissant de citoyens paraissent enclins à opter pour le principe de réalité.

Car les faits sont têtus et l’Observatoire statistique transfrontalier est là, au besoin, pour nous y confronter à intervalles réguliers (3): l’imbrication de la cité de Calvin et de son arrière-pays gessien et savoyard est telle que la vie moderne se pense et s’organise désormais à l’échelle de notre agglomération sans que la composition du Grand Conseil ne reflète aujourd’hui cet état de choses.

Personnellement, si je suis élu député le 6 octobre prochain, je pourrais mettre au service de la collectivité ma double insertion - ancienne et durable - dans la vie publique des deux côtés de la frontière franco-suisse (cf. «Bio express» ci-contre). Nouveau président du Conseil local de développement (CLD) du Genevois français (4) et membre du Forum d’agglomération du Grand Genève en passe de se mettre au travail (5), je saisis aisément les réalités régionales, tout en disposant de relais multiples dans toute la région urbaine de Genève (6).

Pour être un député efficace, je compte tabler sur des méthodes de travail pragmatiques, constructives et donc non polémiques. Pour le compte du bassin de vie genevois dans son entier.

Peter LOOSLI

(1)

Cf. enquête de la «Tribune de Genève» parue le 26 juillet :

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/cinq-candidats-habitent-france-voisine/story/24304552

Peu après la parution de cette enquête, la rédaction de la «Julie» a découvert que la liste du MCG comporte (étonnamment) aussi un candidat habitant en France :

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/frontalier-candidat-grand-conseil-liste-mcg/story/15743941

(2)

Les citoyens suisses établis hors de Suisse peuvent exercer leurs droits politiques en choisissant une de leurs communes d’origine ou de domicile antérieur en tant que commune de vote. En règle générale, les Suisses de l’étranger optent pour le lieu où se trouve le centre de gravité de leurs relations.

Appuyée sur les normes du droit fédéral suisse, la loi cantonale genevoise sur l’exercice des droits politiques (LEDP A 5 05) peut être consultée ICI:

http://www.ge.ch/legislation/rsg/f/s/rsg_a5_05.html

(3)

Outil-clé pour les affaires régionales, le site Internet de l’Observatoire statistique transfrontalier est une véritable mine concernant la vie économique, la santé, la formation ou le marché immobilier :

www.statregio-francosuisse.net

(4)

Voix de la société civile, le CLD du Genevois français est présenté ICI: www.arcdugenevois.fr/societe-civile/cld-genevois-francais/organigramme

(5)

Au sein du Forum d’agglomération (dont la séance d’installation est agendée pour le 25 septembre prochain), je représenterai  le Cercle Condorcet du Pays de Gex et de Genève (www.condorcet-voltaire.org) ainsi que Pro Vélo Pays de Gex (www.apicy.fr) :

http://www.grand-geneve.org/grand-geneve/participation/le-forum-dagglomeration

(6)

Mon profil est présenté ICI:

http://www.ledauphine.com/isere-sud/2013/06/27/la-personn...

18:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

23/08/2013

ViaRhôna - Voie verte de Cornavin à la mer

Ferney-Voltaire (Ain) – Vendredi 23 août 2013

ViaRhôna: elle relie la région genevoise

à la Méditerranée

Vous emmener le long du couloir rhodanien jusqu’à la Camargue, Port-Saint-Louis-du-Rhône et Sète, au bord de la mer Méditerranée: telle est l’ambition de cette voie verte (en cours de réalisation) serpentant sur près de 700 kilomètres.

Le premier tronçon en direction du midi de la France traverse la moitié du canton de Genève d’est en ouest – soit dix communes (dont Confignon, Aire-la-Ville, Avully et Chancy) situées sur le plus long itinéraire fléché genevois aménagé spécialement pour l’écomobilité.* Puis on suit (après la frontière, côté rhônalpin) un parcours entre Valleiry (Genevois) et le Pays de Seyssel, on chemine sur les rives arborées de Groslée (Ain) et dans le Grand parc de Miribel-Jonage (Grand Lyon) avant d’atteindre les berges urbaines du cœur de Lyon.

Avignon et Arles comptent parmi les étapes rhodaniennes les plus prisées situées en Provence. La partie située entre la cité de Calvin et l’ancienne capitale des Gaules est aujourd’hui la plus aboutie; elle ne comporte plus qu’un nombre restreint de sections à voies partagées avec les automobiles («trous noirs»).

La ViaRhôna est ouverte à tous les moyens de déplacement, à l’exception de ceux équipés d’un moteur à explosion. C’est ce qui fait indéniablement son charme. Et sa convivialité: les rollers saluent ici les marcheurs; les cyclistes doublent les gyropodes en bonne intelligence. Grâce au grand nombre de lignes et gares ferroviaires présentes dans la vallée, composer des itinérances à la carte au fil du Rhône – pour rejoindre par exemple un point de départ à l’aller ou au retour – est vraiment chose aisée. Le site Internet www.viarhona.com donne des renseignements détaillés pour tous les cas de figure (types de parcours, idées de séjours, etc.).

Le budget total pour l’aménagement de la Via Rhôna (entre la frontière franco-suisse et le delta de la Camargue) est estimé à quelque 51,5 millions d’euros. La Région Rhône-Alpes y participe pour un montant de 12,5 millions d’euros. De quoi aménager une infrastructure de qualité d’envergure européenne. L’achèvement des travaux est programmé à l’horizon de l’an 2015.

Peter LOOSLI

* http://etat.geneve.ch/dt/mobilite/actualite-via_nouvel_it...

08:22 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

20/05/2013

Sécurité - Brigades franco-suisses en branle

Ferney-Voltaire (Ain) - Lundi (de Pentecôte) 20 mai 2013

Sécurité dans le Grand Genève –

Contrôles nocturnes inopinés

Etait-ce le fruit du hasard? Cela paraît peu probable. En tout état de cause, la quasi-coïncidence (sans doute orchestrée en toute discrétion depuis belle lurette) fut apte à frapper les esprits des (agglo-)citoyens de la région urbaine de Genève.

Dans la nuit du vendredi 17 mai (entre 22 heures 30 et 2 heures du matin), juste après la visite de travail du ministre français de l’Intérieur dans le Grand Genève*, les forces de l’ordre de la région ont déclenché une opération de contrôles nocturnes de grande envergure. En neuf endroits différents – à Vich, Chavannes-de-Bogis et Saint-Cergue (communes du canton de Vaud) ainsi que notamment à Gex et à Mijoux (dans le département de l’Ain) –, une soixantaine de garde-frontières suisses et de gendarmes vaudois et français ont procédé au contrôle minutieux des contenus de plusieurs centaines de véhicules circulant nuitamment dans ces localités et de l’identité des conducteurs et passagers éventuels. Objectif numéro 1 de ces contrôles: lutter contre la criminalité transfrontalière connue pour sa redoutable ultramobilité en jouant à saute-frontières.

Le CCPD a fait ses preuves

En matière de sécurité, la coopération à l’échelle de l’agglomération franco-valdo-genevoise semble aujourd’hui très bien fonctionner. La plupart des policiers et douaniers français et suisses (travaillant sous le même toit, avenue Louis-Casaï à Cointrin) ont l’occasion de faire connaissance dans la convivialité (en dehors du contexte professionnel transfrontalier au service de la sécurité, entre autres à la faveur de tournois sportifs). Le dialogue sur le théâtre d’opérations est en outre grandement facilité par l’utilisation de longueurs d’ondes communes (attribuées au cas par cas). De plus, les renseignements peuvent circuler en temps réel et sans entraves inutiles aux échanges. Ce sont là des gains de temps décisifs dans la recherche d’une efficacité adaptée aux circonstances.

En conséquence, lors de ces opérations inopinées, les brigades franco-suisses mises en branle sur un territoire débarrassé de ses barrières interétatiques sont plus aisément en mesure d’obtenir des résultats tangibles. De fait, des miliers d’affaires sont traitées discrètement année après année (des cambriolages d’entreprises horlogères ou autres aux braquages de stations-service, en passant par des vols de… ruches et autres curiosités) – 18'000 affaires au total dans le courant de l’année écoulée (en 2012) – grâce à ces canaux de coopération souples et désormais bien rodés, progressivement mis en place depuis environ une décennie. De nos jours, au regard du droit international public, ils reposent pour l’essentiel sur l’accord franco-suisse «relatif à la coopération transfrontalière en matière judiciaire, policière et douanière»** (signé à Paris le 9 octobre 2007 et entré en vigueur le 1er juillet 2009).

La visite du «premier flic de France» nous a sans doute donné l’occasion de franchir une nouvelle étape afin de continuer à les perfectionner.

Peter LOOSLI 

* Commencée tout d’abord au commissariat de police d’Annemasse de la rue du Chablais (première visite d’un locataire de la Place Beauvau dans la cité frontalière savoyarde depuis Clemenceau), puis poursuivie à la douane franco-suisse de Moillesulaz et enfin achevée au CCPD de Cointrin (où Manuel VALLS a rencontré son homologue suisse: Simonetta SOMMARUGA, cheffe du Département fédéral de justice et police) 

** Voici les hyperliens pour accéder aux documents officiels mettant en exergue le fameux «Centre de coopération policière et douanière» (CCPD) franco-suisse de Genève-Cointrin comme plaque tournante de l’échange d’informations entre les deux pays:

>>> A l’échelle de la Confédération suisse

http://www.fedpol.admin.ch/fedpol/fr/home/dokumentation/information/2009/2009-05-06.html

>>> A l’échelle de la République française

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020830546

17:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |