08/03/2014

Grand Genève - Le rééquilibrage est-il un mirage ?

Ferney-Voltaire (Rhône-Alpes) – Samedi 8 mars 2014

 

Grand Genève

Le rééquilibrage de l’agglomération

est-il un mirage ? 

A l’instar de la Pointe des Ardennes – formant l’extrémité nord du département des Ardennes et s’enfonçant profondément dans la Belgique voisine –, le territoire de la commune de Ferney-Voltaire s’avance gaillardement dans la Suisse voisine, le long de trois axes de communication menant

(1)          vers l’aéroport, le quartier de l’ONU (la place des Nations), la rade et le coeur de la cité de Calvin au sud,

(2)          vers le siège du CERN - laboratoire de recherche fondamentale ayant découvert le boson de Higgs - et la Zimeysa (zone industrielle de Meyrin-Satigny) au sud-ouest et

(3)          vers la partie septentrionale de l’arc lémanique (Nyon, Lausanne, Montreux) et le reste de la Confédération helvétique au nord-est.

Pour les autorités, il découle sans conteste de cette position singulière une responsabilité particulière en termes d’aménagement de l’espace urbain que la Ville de Ferney-Voltaire assume pleinement à travers un projet de territoire digne de ce nom, piloté de concert avec l’EPCI (établissement public de coopération intercommunale) dont elle  fait partie, à savoir: la Communauté de communes du Pays de Gex (CCPG). 

Intégré dans les orientations et l’action locales des différents échelons politico-administratifs de la région urbaine de Genève (Grand Genève, République et canton de Genève, Région Rhône-Alpes, ARC du Genevois français, ACG-Association des communes genevoises, etc.), ce projet concerne le bas de la ville situé

-      >>> entre le poste-frontière principal de Ferney-Voltaire, respectivement l’accès au secteur français de l’aéroport de Genève-Cointrin, et

-       >>> la future entrée de ville à proprement parler, d’ores et déjà baptisée place du Jura, traversée à partir de 2018 par le fameux bus express transfrontalier Cornavin-Gex, ainsi que les secteurs attenants.

Démarche graduelle en vertu de la clause du besoin 

Raisonné, mesuré et délibérément placé sous la houlette des pouvoirs publics en termes de maîtrise du foncier - dans le dessein de contenir la spéculation en la matière -, le projet d’aménagement «Ferney Genève Innovation» tient compte, directement ou indirectement, de tous les domaines de la vie du territoire: social, économique, commercial, culturel, environnemental, voire sanitaire et éducatif.  Conçu à l’horizon de l’an 2030 et donc à gérer au fil du temps, le dossier complet est consultable en ligne à l’adresse suivante:

http://www.cc-pays-de-gex.fr/zac-ferney-geneve-innovation-psd.html

Focalisé sur l’essentiel, le projet – adoptant la forme d’une zone dite d’aménagement concertée (ZAC) – se décline en deux volets principaux:

1.             la requalification complète du quartier de la Poterie, l’actuel secteur artisanal et commercial manquant nettement d’identité et de lisibilité, appelé à se transformer en un pôle d’activités complété par des dispositifs de loisirs;

2.             le lancement progressif d’un pôle d’activités à haute valeur ajoutée à Paimboeuf, dans un périmètre au contact de la ville adossé à la nouvelle place du Jura; dédié à la formation professionnelle et supérieure par le biais de la «Cité des Savoirs» – dans laquelle s’installera, dans un premier temps, un nouveau campus régional du Centre national des arts et métiers (CNAM)*** –, ce quartier de la cité du Patriarche a vocation à accentuer l’élan économique et à créer de l’activité (3'000 à 4'000 emplois espérés à terme); par ailleurs, en fonction des besoins à évaluer au fur à mesure de l’avancement du projet, il est prévu de générer également de l’habitat (2'500 logements sur 17 ans au rythme de 150 par an) – dont de l'habitat à loyer bon marché et relevant des segments intermédiaires (25% de logements sociaux et 20% de logements dits abordables - exemple: construction d'un foyer pour apprentis et étudiants); dans le contexte des débats souvent vifs sur le développement ou le maldéveloppement du Grand Genève, le ratio entre l'habitat (190'000 m2) et l'emploi (180'000 m2) mérite d'être remarqué.

«Ferney Genève Innovation» est susceptible de faire l’objet d’une déclaration d’utilité publique (DUP) avant la fin 2014; visant à recueillir l’avis de toutes les personnes morales et privées intéressées, l’enquête publique idoine sera lancée dès le mois de septembre, de par la loi par arrêté préfectoral.

Sur le fond, la majorité des acteurs – notamment politiques, qu’ils soient étiquetés comme de gauche, de droite ou du centre, facteur non négligeable en pleine période électorale – sont favorables au présent projet d’aménagement du territoire aux portes de Genève, conçu en parallèle avec la ZAC «Etoile Annemasse-Genève» articulée autour de l'arrivée du RER dans la cité frontalière haut-savoyarde (en 2018). Il s’ensuit qu’il ne connaîtra, le cas échéant, que des ajustements qualitatifs à la marge dans le cadre de cette procédure de consultation de droit français sur le point d’être mise en œuvre.

Peter LOOSLI

***Héritier de l’esprit des Lumières et des encyclopédistes, fondé en 1794 (issu de la Révolution française), le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) est connu de nos jours comme grand établissement pluridisciplinaire d’enseignement supérieur et de recherche (fondamentale et appliquée) dans le domaine des sciences de l’ingénieur.

07:28 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

15/10/2013

Genevois français: on mise sur la carte métropolitaine

Ferney-Voltaire (Ain), le 15 octobre 2013

Genevois français

On mise sur la carte métropolitaine

Face au RISQUE élevé de BANLIEURISATION et afin de limiter les dépendances vis-à-vis du coeur de l'aire urbaine, les neuf intercommunalités françaises (375'000 habitants) ceinturant la République et canton de Genève - à savoir le Pays bellegardien, le Pays de Gex, le Genevois (haut-savoyard), Annemasse Agglo, Arve et Salève, le Bas-Chablais, les Collines du Léman, le Faucigny et le Pays rochois - misent depuis le printemps dernier sur une démarche métropolitaine à l'échelle de la petite et grande couronne rhônalpine de l'agglomération franco-suisse du Grand Genève.

Pour y apporter une réponse structurée et cohérente, les autorités communales et intercommunales de l'Ain et de la Haute-Savoie rassemblées au sein de l'ARC-Syndicat mixte mettent en consultation un plan directeur ambitieux. Il vise à façonner des villes agréables et dynamiques pour leurs habitants, à conserver des villages vivants et connectés les uns aux autres et à développer des sites complémentaires et attractifs dans un contexte transfrontalier.

La création d'une AOTU (autorité organisatrice de transport urbain) figure parmi les recommandations concrètes saillantes, sachant qu'une AOTU peut percevoir le versement transports (VT). Il s'agit là d'une contribution due par les employeurs privés ou publics employant plus de neuf salariés dont le produit sert à financer les transports en commun (dépenses d'investissement et de fonctionnement).

Le schéma de cohérence territoriale en question (appelé Inter-SCOT) doit être validé avant la fin 2014. Le vivre-ensemble semble en passe de changer d'échelle.

Peter LOOSLI

Président du Conseil local de développement (CLD) du Genevois français

ROLE DU CLD:  http://www.arcdugenevois.fr/societe-civile/cld-genevois-francais/organigramme

ROLE DE L'INTER-SCOT:  http://www.iau-idf.fr/fileadmin/Etudes/etude_685/Les_demarches_interScot_en_France_avec_signets_light.pdf

06:33 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

05/10/2013

Grand Genève - Place à la sobriété

Ferney-Voltaire (Ain), le 5 octobre 2013 - Jour J moins 1

Pour mûrir, la région genevoise a besoin de calme

Dans le domaine transversal des relations transfrontalières, rien ne doit (et ne peut du reste) être précipité. Afin de parvenir à bâtir une agglo intégrée - progressivement moins dysfonctionnelle -, mieux vaut s’absentir de brasser l’opinion, de l’agiter sans cesse, de la remuer à coup d'opérations de comm' faisant beaucoup de bruit pour rien.

Dans cette optique délibérément apaisante, nous avons intérêt à faire émerger graduellement les intérêts supérieurs, en agissant au quotidien. De manière concrète et responsable. Dans la longue durée.***

Peter LOOSLI

Candidat transfrontalier au Grand Conseil genevois

Membre du collège environnemental du Forum d'agglomération du Grand Genève

Président du Conseil local de développement (CLD) du Genevois français

Ancien membre du Comité du groupe de Genève et du Comité central de la NSH

 

*** A la Télévision Suisse Romande :

07:26 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |