01/09/2014

Grand Genève - Vivre-ensemble impossible ?

Ferney-Voltaire (Genevois français) – Lundi 1er septembre 2014

Grand Genève

Vivre-ensemble impossible ?

Les crispations envers le Grand Genève et envers tout ce qui relève de la cohabitation dans ce bassin urbain franco-suisse atteignent par intermittence des intensités paroxystiques. Ces immobilisations dans des attitudes d’esprit souvent stéréotypées ne nous empêchent aucunement d’aborder sans ambages les problèmes régionaux transfrontaliers en suspens. Vu l’interdépendance économique, sociale et environnementale toujours davantage prégnante malgré les barrières interétatiques, ces questions non résolues se posent avec une acuité allant inévitablement crescendo.

A l’horizon de l’an 2030, un Genevois sur trois habitera probablement hors du canton de Genève, surtout dans le Pays de Gex et le Genevois savoyard. La colonie helvète établie dans ces contrées frontalières françaises jouxtant et entourant Genève équivaut entre-temps au poids de la Ville de Fribourg (env. 40'000 habitants). Avec depuis peu 100'000 ressortissants officiellement annoncés dans son arrondissement consulaire, le Consulat général de Suisse à Lyon gère de loin la plus grande colonie de Suisses de l’étranger au monde.

Les problèmes de cohabitation découlant de la situation de blocage actuelle du Grand Genève et vis-à-vis desquels la société civile se doit d’imaginer et de proposer aux autorités des solutions praticables et pérennes seront mis à l’ordre du jour de la conférence-débat du 11 septembre 2014, à 18 heures***, au Centre de Convention de la Technopole d’Archamps (desservie par les Transports publics genevois).

Conçu et organisé par le Conseil local de développement (CLD) du Genevois français, cet événement exceptionnel sera articulé autour d’interventions thématiques ciblées assurées par MM. Antoni MAYER et Paolo LUPO, fondateurs de la jeune association à but non lucratif française «Genevois sans frontière» ainsi que par M. Etienne BLANC, Député-maire de Divonne-les-Bains et Vice-Président de l’ARC du Genevois.

Publique et gratuite, cette audition accordera une large place aux échanges avec la salle (jusqu’à 19 heures 15) et se prolongera lors d’un apéritif servi sur place. Le CLD du Genevois français donne ainsi rendez-vous à tout un chacun, à Archamps, le jour du prochain Jeûne genevois en début de soirée. 

Peter LOOSLI

Président du Conseil local de développement (CLD) du Genevois français

Membre du Forum d’agglomération du Grand Genève

www.arcdugenevois.fr/societe-civile/cld-genevois-francais/organigramme

http://www.grand-geneve.org/actualites/la-composition-du-forum-dagglomeration-du-grand-geneve

*** http://www.arcdugenevois.fr/actualites/conference-debat-du-cld-avec-l-association-genevois-sans-frontieres-et-mr-etienne-blanc

16:45 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

05/05/2014

Grand Genève - Menacé de sectorisation ?

Ferney-Voltaire (Genevois français) – Lundi 5 mai 2014

Grand Genève

Menacé de sectorisation ?

Emis de part et d’autre de la frontière franco-suisse, les mauvais signaux se multiplient. Venant de France, la suppression du droit d’option en matière d’assurance maladie – sans mise sur les rails sérieuse du Grand Genève de la santé – en fait partie; venant de Suisse, le contigentement de la main-d’œuvre étrangère par le biais du vote du 9 février 2014 s’inscrit assurément dans la même tendance de fond.

Même si simultanément des signaux positifs continuent à être enregistrés par les observateurs de la scène régionale – tel que le récent lancement de l’application pour smartphones et tablettes «Léman sans frontière» sous la houlette du Conseil du Léman* –, force est de constater que nous sommes entrés depuis peu dans une phase régressive: la région urbaine de Genève tend à se sectoriser. Les habitants de notre bassin voient en effet s’ériger toujours davantage de barrières, obstacles ou limites à travers lesquels s’entre-choquent des logiques étatiques contraires pratiquement comme dans le Berlin d’avant la chute du rideau de fer, le long de frontières intersectorielles en grande partie électrifiées qui séparaient les uns des autres.

Dans ce drôle de climat passablement préoccupant, un apaisement momentané pourrait venir prochainement – lors de la votation du 18 mai – de l’acceptation par le souverain genevois de la construction de cinq P+R d’intérêt régional aux portes de Genève. Accepter de bâtir et cofinancer ces parkings de dissuasion relève d’une approche et organisation rationnelles du bassin en vertu des accords franco-genevois de Nantua du 19 juin 2012.

Situés en périphérie – à Veigy-Foncenex (sur la route de Thonon-Evian), à Annemasse (au carrefour des Chasseurs et à proximité du lycée Jean Monnet), à la gare de Saint-Julien-en-Genevois et à la gare de Valleiry –, ces équipements collectifs devraient permettre d’éviter au quotidien de voir circuler 830 voitures particulières dans les communes suburbaines et dans le coeur de l’agglomération. Ces infrastructures sont potentiellement utiles à tous –  aux pendulaires, visiteurs de musées et expositions, utilisateurs de services offerts dans l’hypercentre et à nombre d’autres catégories de personnes – sans distiction d’origines ou de nationalités, y compris donc aux citoyens suisses de la région formant aujourd’hui une composante du Genevois français équivalente au poids démographique de la Ville de Neuchâtel.

La votation cantonale genevoise du 18 mai prochain sera ainsi la pierre de touche de la politique régionale transfrontalière.

Peter LOOSLI

Président du Conseil local de développement (CLD) du Genevois français

http://www.arcdugenevois.fr/societe-civile/cld-genevois-francais/organigramme

Membre du Forum d’agglomération du Grand Genève

http://www.grand-geneve.org/actualites/la-composition-du-forum-dagglomeration-du-grand-geneve

 

*Pour en savoir plus:

http://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2014/05/03/mobi-leman-com-le-pourtour-lemanique-dans-votre-poche

http://www.leman-sans-frontiere.org/association.html

http://www.conseilduleman.org/partenaires/comite-regional-franco-genevois-crfg

http://www.interreg-francesuisse.org

15:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

19/04/2014

Grand Genève - Répit pour les «clandestins»

Ferney-Voltaire (Rhône-Alpes) – Samedi 19 avril 2014

Grand Genève

Répit pour les «clandestins»

Aujourd’hui, lorsque vous vous installez dans une commune française, rien ne vous oblige à déclarer votre arrivée au maire de la commune en question. De son côté, un maire français ne dispose à ce jour d’aucun moyen d’obliger ses concitoyens à signaler leur présence sur le territoire municipal. Localement, cette situation contribue à favoriser l’établissement de «faux résidents secondaires».

Quasiment jour ou jour il y a un an (le 17 avril 2013), la proposition de loi no 966 sur l’introduction d’une déclaration de domiciliation obligatoire – déposée sous la houlette de la Députée haut-savoyarde (UMP) Virginie DUBY-MULLER (Annemasse) – visait à mettre fin à cette exception à la française (cf. mon article intitulé «Clandestins suisses: fin de partie?», publié dans le présent cybercarnet le 5 mai 2013*). Dans un contexte franco-suisse des plus tendus par les temps qui courent, le magazine d’information télévisé «Temps présent» n’a pas hésité dernièrement (le 27 mars) à jeter une lumière crue sur les «Frontaliers suisses, profiteurs et clandestins», émission** très suivie dans le nord de la Haute-Savoie et en Pays de Gex.

Or, l’Assemblée nationale française vient de rejeter le texte législatif de la Députée DUBY-MULLER (le 17 avril) en première lecture. Préalablement (le 9 avril), en Commission des lois, il n’avait pas trouvé grâce non plus. Il se trouve que la France est viscéralement attachée au principe fondamental de la liberté de mouvement: ayant valeur constitutionnelle, la "liberté d’aller et venir" des citoyens pèse toujours plus que des considérations visant à restreindre la liberté de circulation au nom de l’intérêt et/ou de l’ordre publics, par le biais de fichages de la population. C’est l’une des raisons majeures pour lesquelles sa proposition de loi a été repoussée. Le coût et la complexité inhérente à la mise en place du dispositif semblent aussi avoir incité le Palais Bourbon à ne pas vouloir de cette loi. De son côté, dans son intervention devant les Députés, le tout nouveau secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale – l’Isérois André VALLINI – a jugé que la période n’y était pas propice vu que le gouvernement VALLS s’est fraîchement engagé à lutter contre l’inflation normative.

Dans ce dossier crucial pour le vivre-ensemble dans l’agglomération franco-suisse du Grand Genève, la prochaine étape va se dérouler sur la scène régionale car on attend à présent de connaître la suite qui sera donnée à l’expertise sur cette problématique diligentée à la fin 2013 par la Communauté de communes du Pays de Gex (CCPG).

Peter LOOSLI

Président du Conseil local de développement (CLD) du Genevois français

http://www.arcdugenevois.fr/societe-civile/cld-genevois-francais/organigramme

Membre du Forum d’agglomération du Grand Genève

http://www.grand-geneve.org/actualites/la-composition-du-forum-dagglomeration-du-grand-geneve

 

* http://peterloosli.blog.tdg.ch/archive/2013/05/05/clandestin-suisses-fin-de-partie.html

** http://www.rts.ch/video/emissions/temps-present/5727327-frontaliers-suisses-profiteurs-et-clandestins.html

11:01 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |